Vrai, 4 880 doses du vaccin Astra Zeneca périmées ont été détruites au Cameroun aujourd’hui en pénurie de ce vaccin

Share This Post

(237 Check) – Le Cameroun fait face en ce moment à une pénurie du vaccin Astra Zeneca. Pourtant, dans un communiqué de presse publié le 31 août 2021, le Programme élargi de vaccination (PEV) annonçait que 4 880 doses du vaccin Astra Zeneca dont la date de péremption était le 23 août 2021 avaient été retirées du stock de vaccins Covid-19 disponible au Cameroun et acheminées vers des dépôts régionaux pour destruction. 

D’après le Dr Tchokfe Shalom Ndoula, le Secrétaire permanent du PEV, avec cette destruction, cela donne un taux de perte de 1,2% pour les flacons fermés périmés.  

Le PEV précise que les vaccins ont en général une durée de conservation qui dépend des résultats des études de stabilité réalisées par le fabricant lors du développement du vaccin. « Pour les vaccins Covid-19 acquis par le Cameroun, leur durée de conservation varie entre 4 mois et 2 ans », apprend-on.

Le PEV annonce par ailleurs qu’un stock supplémentaire de 198 400 doses de vaccins Astra Zeneca sera bientôt disponible et invite les personnes en attente de leur deuxième dose à contacter les centres de vaccination pour compléter leur vaccination « dans les prochaines semaines ».

Le Cameroun n’est pas le seul pays africain à détruire les vaccins Astra Zeneca. L’on se souvient que le Malawi avait détruit en avril 2021 près de 17 000 doses du vaccin Astra Zeneca dont la date de péremption était fixée à la mi-avril. Le ministre de la Santé Kumbize Kandodo avait imputé cette destruction à la campagne de “propagande” de la réticence en cours dans le pays. Ce qui avait découragé de nombreux Malawites.

Seuls 0,7% de 14 millions de Camerounais éligibles vaccinés

Au Cameroun, ils sont nombreux qui ont déjà pris leur première dose de vaccin Astra Zeneca et attendent la seconde dose. Le pays est en effet en rupture de stock. Plus encore, l’on observe une réticence des vaccinés à prendre leur seconde dose. 

D’après Yaouba Djaligué, chef de l’Unité communication et mobilisation sociale au PEV, au 30 septembre 2021,  470 000 personnes avaient déjà pris leur première dose du vaccin anti-Covid-19. Et parmi eux, 60% tardent à prendre la deuxième dose. « Quand on n’a pas pris la seconde dose, on ne peut pas être protégé et protéger les autres. Pour nous, c’est une préoccupation et nous savons que les raisons qui les empêche de venir prendre cette seconde dose peuvent être classées en deux ordres : le premier ordre, l’attente du rendez-vous qui n’est pas encore fixé. Ils attendent le rendez-vous. Le second ordre, la rupture des stocks du vaccin Astra Zeneca. Les personnes ayant pris la première dose Astra Zeneca attendent la disponibilité du vaccin », explique Yaouba Djaligué. 

Selon le PEV, au 02 septembre 2021 au Cameroun, le pourcentage de la population cible complètement vaccinée est seulement de 0,7% sur les près de 14 millions de Camerounais éligibles au vaccin de la Covid-19.  

Une image contenant table

Description générée automatiquement

L’on constate donc que l’hésitation vaccinale concernant le vaccin anti-Covid-19 au Cameroun est très forte. « L’hésitation vaccinale au Cameroun n’est pas seulement observée avec la pandémie de la Covid-19. Elle avait déjà été inscrite par l’OMS comme faisant partie des dix menaces à la santé publique. Il s’agit des personnes qui n’arrivent pas à se décider face à la vaccination. Elles sont influencées par un certain nombre de déterminants autour de la vaccination qui les amène à douter et à hésiter. Et finalement, à ne pas prendre le vaccin pour le moment », explique Yaouba Djaligué sur les antennes de la CRTV Télé. 

Et quid de ceux qui ont reçu la première dose et hésitent de prendre la seconde dose ? Car au 02 septembre 2021 au Cameroun, ils sont moins de 80 000 sur les 333 000 personnes vaccinées qui ont reçu leur seconde dose.

« Cela peut être due par la peur des effets secondaires. Tout vaccin et tout médicament a des effets indésirables. Dans la communication que nous faisons aux personnes qui se vaccinent nous devront leur dire à quoi s’en tenir par rapport aux effets indésirables. Ainsi, elles seront préparées. Au cas contraire, à la moindre alerte et au moindre effet indésirable, elles vont rester à la maison », conseille Yaouba Djaligué.

Par B-O.D. 

More To Explore

Factchecking Reports

Depuis 2 jours, il circule dans plusieurs fora WhatsApp un lien attribué à la société CAMTEL – Cameroon Télécommunications, invitant les internautes à répondre à

Factchecking Reports

A message that has gone viral on whatsApp and Facebook since Friday July 8, 2022 has been announcing the outbreak of a cattle epidemic that

English